Mes anti-objectifs pour l’année 2019


Articles, Se libérer / mercredi, janvier 9th, 2019

Comme chaque année, en janvier, on prend des bonnes résolutions. 

Pour beaucoup, l’important ce n’est pas de les tenir mais de les énoncer.

On « fake it until you made it » sauf qu’on ne fait jamais. 

On prend des bonnes résolutions pour faire comme tout le monde. 

Résolutions qu’on ne tiendra pas (comme tout le monde).

Moi aussi, un temps je me suis prise au jeu. 

Et puis, j’ai arrêté. 

J’ai compris que définir des objectifs trop précis ne correspondait pas à mon caractère. 

Parfois, j’aime me laisser surprendre et naviguer à vue. 

J’aime me prendre de passion pour de nouvelles choses. 

J’aime embrasser l’inconnu. 

Ce faisant, il arrive que des projets n’aboutissent pas. 

Ils ne supportent pas l’épreuve du temps. 

Au final, je me dis que le temps est un excellent critère pour distinguer l’essentiel du superflu.

Cette année, j’ai défini 3 grandes lignes directrices qui me tiennent à cœur

1. Développer mes compétences en écriture 

Depuis 6 mois j’écris presque tous les jours. 

J’écris sur le blog, sur mon journal personnel et pour le journal associatif Tout va bien. 

Au début, l’écriture avait une visée thérapeutique. 

Coucher des mots sur le papier me permettait de mieux supporter ma condition et d’avancer sur mon cheminement intérieur. 

Petit à petit, je me suis prise au jeu de l’écriture. 

J’ai commencé à écrire sur des phénomènes de société : la quête de sens, la recherche du bonheur, la crise écologique. 

J’ai également interrogé des personnes qui ont des parcours non-linéaires et cherchent à avoir un impact positif. 

Je souhaite poursuivre le travail entamé il y a 6 mois. 

Je sens que la ligne éditoriale du blog se précise et en même temps j’aimerais davantage structurer mes idées pour les rendre plus compréhensibles. 

J’aimerai aussi davantage échanger avec mes lecteurs. 

Leurs retours sont précieux et m’aident à avancer. 

Aujourd’hui l’écriture m’aide à mieux appréhender une réalité complexe et à voir comment mener une vie qui nous correspond. 

L’injonction de Niestche « Deviens ce que tu es » est plus que jamais mon fil conducteur. 

2. Avancer sur mon cheminement intérieur

Pauline du blog Un invincible été a choisi le mot « SUKHA » comme mot guide des 365 jours à venir. Je trouve ce terme particulièrement bien adapté à mon étape de vie. 

Je me permets donc de lui emprunter. 

SUKHA est un mot sanskrit qui désigne le bonheur dans l’aisance. 

Pour les yogis, on atteint ce SUKHA quand une posture permet d’être à la fois tendu et relâché. 

Pour les non-yogis, SUKHA c’est donner le meilleur de soi-même sans se mettre en danger. 

Par le passé, ma quête obsessionnelle de la perfection m’a conduit à bien des déséquilibres. Notre société nous pousse aux extrêmes et parfois je n’ai pas eu la force mentale de résister. Il n’est pas toujours facile de trouver un équilibre. Personne ne veut être normal. Notre ego est attiré par le sensationnel. 

Le but sera donc d’avancer vers cet état de SUKHA et d’acceptation de ce qui est. 

Je suis fatiguée de lutter contre le monde, contre moi-même. 

J’ai compris qu’il fallait parfois lâcher prise, que certaines victoires ne s’obtiennent pas en combattant, qu’il y a des combats qu’il ne faut pas mener.

Comme souvent, la théorie est plus facile à intégrer que la pratique. 

Cela en fait donc un excellent projet pour l’année qui s’ouvre. 

3. Améliorer ma connaissance du cerveau humain

Je suis fascinée par la compréhension de la psyché humaine et collective. 

J’aimerais poursuivre mon apprentissage sur le fonctionnement du cerveau humain et le développement de communautés. 

Pour cela, j’ai déjà quelques lectures en réserve. 

Comme souvent, je souhaite combiner les découvertes scientifiques et l’apport des sciences humaines (philosophie, psychologie, littérature, histoire) 

Je songe également à entreprendre une formation à distance dans ce domaine mais je n’ai pas encore défini de discipline. 

A ce niveau, n’hésitez pas à me partager vos idées.

à retenir

Voilà les lignes directrices de mes anti-objectifs pour l’année qui s’ouvre. 

J’ai tenté d’échapper à la tentation de multiplier les ambitions et de fixer précisément des objectifs. 

Bien sûr cela contredit tout ce que j’ai appris en école de commerce. 

Ces lignes directrices ne sont pas SMART ( Simples, Mesurables, Actionnables, Réalistes, Imparties dans un temps donnée ). 

Elles sont enthousiasmantes et correspondent à mon caractère. 

Au final, c’est peut-être les seuls critères importants à prendre en compte non ? 

Belle année !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *