Cet été, j’explore des pays lointains, je vis mille et une vies et je pose une réflexion sur l’époque


Se connaître / dimanche, juillet 29th, 2018

L’été est pour moi un moment propice à la lecture.

J’ai l’habitude de passer mes vacances d’été dans un petit village déconnecté de tout, au fin fond de la Castille.

Le premier magasin est à 5 km, le boulanger et la supérette ne viennent que trois fois par semaine et il faut aller chercher l’eau potable au puits. Et oui, vous avez bien lu.
La lecture était donc pour moi une façon de laisser évader mon imaginaire, d’explorer des pays lointains, de vivre mille et une vie mais aussi de poser une réflexion sur l’époque.
Avec l’âge, j’ai gardé cette habitude de confectionner une liste de lectures aux influences hétéroclites qui combine un savant dosage de légèreté et de pesanteur.

C’est donc avec une immense joie et une légère excitation que je partage, pour la toute première fois, ma liste de lectures de cet été.

L’année a été marquée par le scandale Weinstein, le mouvement « me too » et la prise de conscience collective de la difficulté d’être une femme qui travaille et vit au 21e siècle. Je dois avouer que je suis, pendant longtemps, passée à côté du mouvement féministe. Je ne comprenais pas leur combat. Je dois faire partie des privilégiés qui n’ont pas eu à subir cette violence.
Et puis j’étais assez naïve pour croire que le genre ne pouvait pas avoir d’influence sur nos carrières et nos vies en général.
Ces « affaires » ont eu pour effet d’éveiller ma conscience et d’ouvrir une réflexion sur le féminisme, mais aussi les masculinités. Les deux se recomposent. Ces évolutions sont d’un certain point de vue fascinantes. Les comprendre nous fera atteindre un niveau supérieur de conscience. C’est pour cela que j’ai choisi d’intégrer deux romans de femmes à ma liste de lecture. 

Pas plus de 4 heures de sommeil – Marlène Schiappa
C’est l’histoire d’Emilie et de Morgane, deux trentenaires aux modes de vie radicalement opposés. L’une habite à la campagne et est une mère à la maison qui s’assume tandis que l’autre est l’archétype de la working-girl parisienne « chic et naturelle ».
Derrière ces visions stéréotypées, se cachent une réalité toute autre que j’ai hâte de découvrir.
C’est le premier roman de Marlène Schippa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, que je vais lire. J’attends un roman au style léger, mais qui dénonce une critique sociale sur les représentations stéréotypées que l’on peut avoir sur la féminité tant en entreprise que dans la vie quotidienne.

Celle qui plante des arbres – Wangari Maathai.
Je suis tombée sur cette autobiographie, un peu par hasard, alors que je flânais dans une librairie-café que j’adore à Lyon qui est Raconte-moi la terre.
Le sourire de Wangari sur la photo de couverture a su capter mon attention. Le sous-titre « celle qui plante des arbres » et le bandeau « Prix Nobel de la paix » ont fini par me convaincre que je devais absolument découvrir l’histoire de cette Kényane au destin peu commun. Née dans une famille de paysans pauvres, elle sera un fer de lance de la lutte écologique et démocratique au Kenya et recevra pour ses combats le prix Nobel.
Ce parcours démontre mieux que mille paroles à quel point, rien n’est joué d’avance.
Et si malgré le discours ambiant, il y avait des alternatives ?
C’est ma dose d’optimisme et d’inspiration de l’été.
Je me demande encore comment ai-je pu passer à côté de cette personnalité ?

L’année a également été marquée par la réapparition de la guerre dans l’actualité. On a réalisé que la fin de l’histoire n’était peut-être pas si proche et que de nouvelles divisions idéologiques allaient probablement déchirer le siècle qui s’ouvrait.
J’ai donc choisi d’intégrer un récit de voyage : 

Le goût du large, de Nicolas Delesalle

L’auteur est un grand reporter à Télérama. Il nous livre le récit de ses épopées à travers le Niger, le Sénégal, le Congo, la Russie, l’Iran, l’Egypte, le Mali et la Turquie.

Ses expériences dans des pays en guerre nous rappellent la valeur de la vie, l’importance des rencontres et la formidable capacité d’adaptation que nous pouvons déployer y compris dans des moments difficiles. 

On apprécie d’autant plus de vivre en liberté et en paix après cette lecture. 

Après ces 3 romans, j’ai choisi 2 essais.

Le pouvoir du moment présent. Guide d’éveil spirituel – Eckart Tolle
Je me suis enfin décidée à lire cet essai dont je n’ai entendu que du bien.
Il aurait même changer la vie de certains de mes proches qui auraient redéfini leurs priorités.
J’avoue que je me méfie des best sellers américains surtout quand la promesse est de nous guider vers un éveil spirituel.
Mais comme je suis de nature curieuse, j’ai hâte de voir si cette promesse va au-delà des ficelles marketing et qu’elle apporte un peu de fond à une époque où nos vies sont devenues, un peu malgré nous, immensément larges mais de moins en moins profondes.

L’âme du monde – Frédéric Lenoir 
Il s’agit du premier essai philosophique de Frédéric Lenoir que je lis. 
« Sept sages venus des quatre coins du monde se réunissent pour transmettre à deux jeunes adolescents les clés de la sagesse universelle. »
Une telle quatrième de couverture ne pouvait que m’interpeller.
Je suis convaincue qu’il existe des archétypes communs à l’ensemble des hommes et que les technologies numériques peuvent accélérer la convergence des savoirs. J’ai donc hâte de voir si les grands principes universels définis par Frédéric Lenoir convergent avec ceux que j’imagine.

L’été est aussi un moment propice à faire le point sur les compétences que l’on souhaite développer. Je ne pouvais donc pas, ne pas inclure, un manuel théorique à cette liste. Je suis convaincue que l’écriture est une compétence clé à notre époque digitale. Les écrits restent et permettent de structurer une pensée et de poser une réflexion.

J’ai donc choisi un livre en anglais :

On writing well. An informal guide to writing nonfiction – William Zinsser

Antonin Archer du Podcast Nouvelle Ecole disait que ce livre l’avait beaucoup aidé pour structurer ses écrits.

L’écriture est une compétence/passion que je souhaite peaufiner.

J’ai donc pensé que cet ouvrage pourrait m’aider à structurer le flot de pensées qui m’assaille parfois et qui peut rendre mon style difficile à comprendre.

 

Et vous, allez-vous profiter de l’été pour lire ? Quelles sont vos lectures de l’été ?

Laisser un commentaire