J’ai échangé avec Valentin Decker, un jeune homme de 27 ans passionné d’écriture.

Je pensais reproduire notre échange sous la forme d’une interview comme je le fais habituellement.

Mais une remarque de Valentin m’a fait changer d’avis : « je trouve que notre échange était plus vivant, tu as parfaitement retranscrit mes idées, mais cela manque de punch ».

Sa remarque m’a mise au défi.

Et comme, j’aime les défis, j’ai décidé d’innover et j’espère que cela vous plaira.

Il faut savoir me brusquer (message non subliminal pour mes proches).

Innover est d’ailleurs le maître-mot qui ressort dans le parcours de Valentin.

Toute histoire commence par une réflexion

L’histoire d’amour de Valentin avec l’écriture commence par une quête existentielle.

Cela peut vous paraître banal.

Mais cela l’est beaucoup moins quand on sait que Valentin s’est posé cette question avant même de finir ses études !

En sortant de l’université, je cherchais à faire mes preuves.

Je ne m’interrogeais pas encore sur le sens.

Ce n’est qu’après m’être confrontée à l’absurdité du monde du travail que ces questions sont revenues me hanter.

Chassez le naturel, il revient au galop.

Tout changement commence par un premier pas

Valentin, lui, a très vite su, qu’il ne voulait pas d’un parcours classique.
En même temps, le travail restait une valeur importante à ses yeux.

Pour trouver des réponses à ses questions, il a beaucoup lu.

Puis il a partagé ses connaissances sur la plateforme Médium.

De fil en aiguille, il a décidé de publier son premier livre et de s’auto-éditer.
Devenir remarquable à l’ère numérique est né.

Il a finalement créé son propre blog www.valentindecker.com pour rester maître du jeu.

Cette expérience lui permet de décrocher un emploi de Copywriter au sein de Livementor, une école pour les entrepreneurs.

Le copywriting est l’art de convaincre avec les mots.

Pour les curieux, Valentin définit sa vision du copywriting ici.

Un bon pourquoi peut supporter n’importe quel comment !

En échangeant avec Valentin, on réalise à quel point l’écriture l’habite.

Il s’est lancé le défi d’écrire un article par semaine sur son blog et de publier un second livre.

Il développe ce projet autour de l’écriture en parallèle d’un emploi prenant.

Mais il ne peut pas s’empêcher de réfléchir à des idées de nouveaux articles.

L’écriture est au cœur de sa vie.

Pour tenir ce rythme, Valentin a fait des choix : il n’a pas de TV et ne regarde pas Netflix.

Son petit plaisir pour débrancher son cerveau hyperactif est de regarder des vidéos de sport sur Youtube.

Il lit aussi des romans, car « c’est souvent là où tu apprends les choses les plus profondes. »

Sa routine d’écriture est devenue indispensable

Valentin a également mis en place une véritable routine d’écriture.
Il écrit tous les jours.

Il débute la semaine avec un sujet en tête.

Le plus souvent, il s’agit d’une question qui le préoccupe et qu’il a envie de creuser.

Il fait un plan rapide puis il parcourt le net pour trouver un angle d’attaque différent.

Enfin, il se met à écrire.

Puis il partage ses écrits sur les réseaux.

Cette étape est celle qui lui prend le moins de temps.

Il a décidé de se concentrer sur le contenu.
C’est la chose la plus importante à ses yeux.

Un bon contenu est indispensable pour fidéliser ses lecteurs et créer une communauté
Il ne sert à rien de sur-communiquer si le contenu est mauvais !

Une ambition folle !

Ce qui m’a marquée dans notre échange avec Valentin est la clarté de ses intentions et sa sincérité.
Son ambition est  : construire un projet autour de l’écriture pour proposer ses services à sa communauté.

L’idée de créer un projet qui lui permette de construire est mode de vie idéal le fascine et l’obsède.
Sa plus grande peur serait de ne pas atteindre ce pari fou.

Il s’est inspiré d’auteurs à succès comme Ryan Holliday ou Paul Jarvis car ils ont réussi à vivre de leur plume et ont bâti un mode de vie qui leur correspond sans pour autant se retirer du monde.
Valentin veut déconstruire l’idée de l’artiste maudit condamné à la misère.

Les mots employés par Valentin raisonnent encore dans mon esprit.

 

Je vois Valentin comme un phare qui vient éclairer mes envies d’écriture quand cette petite voix me dit « que c’est trop compliqué » ou « je n’y arriverais pas ».
J’espère que ce portrait vous inspire et qu’il réveille aussi des envies pour oser rêver.

En bonus, Valentin m’a partagé les livres qu’il offrirait en premier.
Si tu veux les découvrir, envoie-moi un mail à ester@audasioux.fr