Slasheur : Se dit d’une personne débordant d’énergie, ne pouvant pas se résigner à n’exercer qu’une seule activité car il y a tellement de choses à vivre sur Terre qu’il a choisi d’avoir plusieurs vies.

Le slaheur jongle donc toujours avec différents projets.

En somme, c’est tout à fait moi :

  • je travaille dans une startup,
  • j’écris sur mon blog,
  • j’ai commencé à écrire un livre en auto-édition,
  • je suis toujours une à deux formations par an.

Typiquement, en ce moment, je me forme pour améliorer ma productivité et je suis un programme de coaching.

Soyons honnête, il n’est pas facile de jongler avec de multiples projets…

… mais cela comporte des avantages et correspond bien à ma personnalité !

Jongler entre différents projets comporte des inconvénients

J’ai tendance à m’éparpiller facilement et je suis souvent frustrée de ne pas avancer assez rapidement sur mes différents projets.

J’ai souvent frôlé le burn-out et/ou suis passée par des phases dépressives quand mes projets n’avançaient pas comme je le souhaitais.

En effet, le temps est une ressource précieuse qui n’est pas extensible.

Et nos journées ne comportent que 24 heures …

Mais je ne peux pas me résoudre à travailler sur un seul projet.

Mon cerveau a faim en permanence.

Il a besoin d’être stimulé.

Sinon, il s’ennuie, il dépérit, bref il meurt.

Jongler entre différents projets comporte aussi des avantages

 

Cela permet :

  • de relativiser

Si je suis bloquée sur un projet (=mon livre) je peux toujours me dire que j’avance sur un autre (=mon blog).

  • de diminuer ses exigences envers son travail salarié

Je ne mets pas toutes mes attentes dans mon travail. Avant j’avais trop d’exigences par rapport à mon travail rémunéré, j’étais donc frustrée si ce travail ne comblait pas toutes mes attentes.

Avoir différents projets me permet justement de faire la part des choses et de ne pas tout attendre de mon activité rémunérée.

  • d’acquérir d’autres compétences.

Le blog m’a permis d’apprendre le SEO, la construction d’un site sur wordpress, le copywriting, le marketing digital …

  • d’avoir une plus grande liberté dans ses projets créatifs

Le fait de décorréler travail créatif ( mon blog et l’écriture de mon livre) et activité rémunératrice me laisse une plus grande liberté. Je peux tester des choses sans risques. Et si jamais cela ne fonctionne pas, cela n’est pas grave.

Vous l’aurez compris, je suis un fervent défenseur de l’art de travailler sur différents projets.

Avec le temps, j’ai appris que pour jongler avec différents projets à la fois, une approche structurée était nécessaire.

Voici quelques astuces que j’ai apprises de mes années d’organisation hasardeuse :

1. Ne pas viser l’Everest quand on commence tout juste la marche

Il y a un an quand j’ai lancé ce blog, je me disais qu’il fallait que mon livre soit écrit dans les 3 mois.

Un an après, j’ai écrit le plan et l’introduction.

J’avais sous-estimé le temps nécessaire pour écrire ce livre.

J’avais sous-estimé l’organisation nécessaire.

Et surtout l’objectif me paraissait trop impressionnant.

J’aurais dû commencer par quelque chose de plus accessible.

Par exemple, écrire un article par semaine correspondant à une partie que je voulais développer dans ce livre.

Robert Twiggers définit ce processus comme « micromastery ».

Pour lui, il vaut mieux commencer par des petites choses, contenues et perfectibles que de vouloir tout de suite maîtriser ou accomplir de grandes choses.

Exemples concrets de son approche :

  • Vous voulez devenir chef ? Commencez par faire une omelette.
  • Vous voulez apprendre à danser ? Apprenez d’abord la marche du tango.

 

2. Avoir des activités équilibrantes pour ne pas perdre pied

Avant mon activité rémunératrice me demandait de faire des recherches, de lire des livres, de synthétiser de l’information et donc de beaucoup écrire ….

En rentrant j’avais tendance à me replonger dans des recherches et de l’écriture cette fois-ci à des fins personnelles.

Jusqu’au jour où …

… mon cerveau et mon corps ont dit STOP.

Depuis j’ai choisi une activité qui ne mobilise pas ces compétences.

J’ai donc un fervent besoin d’écrire avant et après mon travail salarié.

Je veille aussi à ne pas oublier de prendre soin de mon mental et de mon corps.

Je passe beaucoup de temps assise, devant un écran.

J’essaye donc de méditer, de marcher ou de faire yoga tous les jours pour débrancher mon cerveau hyperactif.

 

3. Fixer des plages de travail en fonction de son énergie

J’ai découvert que j’étais plus productive le matin.

C’est le moment de la journée où j’ai le plus d’énergie.

C’est le moment où j’arrive à rester concentrer et où en général je n’ai pas d’interruption.

J’ai donc décidé de fixer 2-3 heures de travail continu le matin sur mes tâches créatives : l’écriture principalement.

Le soir, souvent, je manque d’énergie et d’inspiration.

Je fais donc des tâches qui me demandent moins d’énergie : faire des recherches, écrire des mails, regarder des vidéos.

4. Limiter les distractions inutiles

J’ai découvert le concept de « deep work » il y a quelques mois.

Il s’agit d’une méthode de travail efficace pour mener à bien des projets nécessitant une grande capacité de concentration.

Il est conseillé d’aménager des créneaux horaires de travail ininterrompus pendant lesquels aucune distraction n’est autorisée.

En ce qui me concerne :

  • je mets mon téléphone en mode avion
  • j’adopte la philosophie journalistique. Elle s’adapte mieux à mon emploi du temps. Cela consiste à passer sur un travail en profondeur dès que j’ai un créneau de libre dans ma journée même si ce créneau est de 30 minutes. Cela me permet d’avancer sur l’écriture de plusieurs articles en parallèle.

 

5. Accepter de renoncer à un projet

Je voulais que mon blog soit parfait.

J’ai donc appris à me servir d’un constructeur de pages pour personnaliser les pages de mon site et crée un beau design.

J’ai visionné un tas de vidéos expliquant le fonctionnement de l’outil, l’ergonomie …

Bien évidemment, le résultat n’est pas à la hauteur de mes attentes.

Ma charte graphique n’est pas harmonisée, la typographie des articles écrits avant la refonte à changer …

Mais je ne suis pas webdesigner ! Je ne suis pas douée pour ça.

Alors j’ai décidé de me concentrer sur l’écriture et de me contenter d’un design minimaliste et imparfait pour mon blog.

Parfois, il faut accepter de renoncer à un projet quand il nous prend trop de temps par rapport aux bénéfices escomptés.

 

Ce qu’il faut retenir

 

Travailler sur différents projets fait partie de mon équilibre.

Alors, oui, peut-être que je n’avance pas aussi vite que si je me consacrais corps et âme à une seule activité mais au moins je respecte le fonctionnement de mon cerveau.

Bien sûr j’ai encore tendance à m’éparpiller (un peu), (beaucoup) et à avoir mille idées de nouveaux projets à entreprendre.

Dans ces moments-là, je note tout et je respire.

Et vous, comment organisez-vous votre temps pour jongler entre différents projets ?

Merci à juan pablo rodriguez