Sophie Magenta, « éveilleuse » après 20 années d’encadrement


S'inspirer / mercredi, octobre 24th, 2018

L’interview en bref

  • Sophie est aujourd’hui une « éveilleuse » après 20 années passées à des postes d’accompagnement et de gestion.
  • Dès l’enfance, elle s’intéresse à la compréhension du monde et des hommes.
  • La question du sens a toujours été en filigrane. L’intuition a guidé ses choix. Un lien existe entre tous les phénomènes de sa vie.
  • Elle a d’abord cherché à se connaître et à se soigner car elle manquait de confiance en elle et de joie d’autonomie.
  • En 2006, elle a un déclic. Pendant 30 jours, chaque jour, elle teste une nouvelle chose. Elle écrit un livre sur cette expérience qui a fait décollé sa vie.
  • Elle a alors réalisé l’importance de l’amour de soi. Elle partage depuis ses connaissances pour donner le goût de la vie à son entourage.
  • Sophie pense qu’être soi est le but de tout être humain. La normalité est à proscrire car elle ne permet pas le bonheur. Seul le bonheur permet le don. Le don permet de penser et d’agir différemment, de devenir un meilleur occupant de la Terre.
  • Le développement personnel est tendance. Connaître ses désirs profonds est un bon guide pour choisir son coach. Souvent, on a le coach que l’on est venu chercher.
  • Sophie fait régulièrement le point sur ses intentions pour vivre une vie conforme à ses aspirations.
  • Le champ mental, la méditation, le contact avec la nature et la musique sont des outils qu’elle utilise au quotidien pour atteindre ses objectifs.
  • Comme tout le monde, elle est confrontée au doute et à la peur. Dans ses moments, elle soigne le corps, le cœur et le mental.
  • Sa conviction profonde est que l’homme doit se réaliser pour être en adéquation avec les aspirations de son âme.
  • La réalisation de soi est un devoir pour devenir un meilleur occupant de cette terre et s’épanouir.

L’interview en profondeur

  1. Comment te présenterais-tu à une personne qui ne te connais pas ?

Je suis une « éveilleuse ». Après avoir passé 20 ans en entreprise à faire du management de collaborateurs, j’ai compris que ma place était bien d’être à leurs côtés, mais dans un rôle d’accompagnement sur le chemin de leur évolution et de leur puissance personnelle. J’interviens aujourd’hui auprès des entreprises sous la forme de conférences ou de formations qui réveillent !

  1. Quelles étaient tes passions enfant ? Adulte ?

J’ai toujours été fascinée par comprendre : comment marche la vie, les hommes, le grand mystère.

Comprendre et embellir, arranger, mettre de l’harmonie là où il y a du chaos, rendre heureux, aider, sauver ? J’aurais adoré être Superman !

À l’âge adulte ma passion pour l’humain n’a fait que croître : j’ai lu et pratiquer beaucoup de développement personnel. Je me suis formée à de nombreuses techniques pour être en mesure de proposer une approche holistique : du corps à l’esprit ! Pour guérir, il faut d’abord soigner le cœur, et c’est ce que j’ai fait d’abord pour moi, pour me guérir, puis cet amour je l’ai offert autour de moi, à ma famille, à mes clients. J’ai adoré faire du coaching toutes ces années ! J’ai vraiment savouré tous ces moments de contraste entre quand le client arrive dépité et quand il repart de mon cabinet ensoleillé !

Ma passion aujourd’hui va au-delà de l’humain. Je suis passionné par la Vie !

  1. Peux-tu présenter ton parcours en quelques mots. Comment as-tu trouvé ta voie ? Est-ce que tu te posais la question du sens ?

Je me suis toujours posé la question du sens, et toujours dans ma vie (encore aujourd’hui) je l’ai cherché. Je le piste et le suis à la trace 🙂 Je me fie aux signes, aux hasards, aux opportunités et je sens : j’ai une très forte intuition et un flair redoutable alors je m’amuse à trouver la piste, à décoder, à créer le parcours aussi.

Chaque événement de ma vie m’a préparé au suivant, comme tout le monde j’imagine, et c’est fascinant de dérouler la pelote de laine et de tirer le fil rouge : tout est absolument parfait dans la vie ! Je suis fan de cette grande intelligence qui se cache partout.

Ce qui m’aide c’est que j’ai un don de clairvoyance que j’ai mis à jour progressivement. Aujourd’hui il me suffit de me connecter pour avoir l’information.

  1. En regardant ton parcours, on a l’impression que tu n’as pas eu de mal à devenir la personne que tu voulais être. Est-ce que tu as toujours eu cette confiance en toi ? Cette puissance que tu souhaiterais que tout le monde ait ? As-tu eu des difficultés ? Des peurs ? Des blocages ?

J’ai eu beaucoup de mal au contraire à devenir cette personne que je suis : j’ai énormément travaillé sur moi, à une époque où les thérapies étaient bien plus longues et fastidieuses ! J’ai tout essayé je crois.

J’avais des tonnes de peurs et de blocages : le simple fait de devoir me nommer devant un groupe me faisait tomber en syncope ! Alors qu’aujourd’hui j’adore donner des conférences et faire sauter et danser les gens, les faire crier, se libérer et voir leurs yeux briller !

J’étais persuadée avant que je n’avais aucune valeur, que je ne méritais pas d’être aimé : alors je me suis efforcée d’être brillante dans mes études, puis au travail pour récolter des miettes de reconnaissance. La grande loi de l’univers s’appliquait : on ne récolte que ce que l’on s’aime !

Quand j’ai commencé enfin à m’aimer il y a quelques années tout mon univers a changé.

sophie-magenta-audasioux-ester-ramos

  1. Cette volonté de puissance me fait penser à Nietzsche pour qui cette volonté est réservée à une élite, le « sur-homme ». Est-ce que tu penses que tout le monde a envie et peut devenir meilleur ? Pourquoi être puissant quand on peut être normal ?

Je ne souhaite à personne de devenir ou rester normal, car chacun de nous est exceptionnel, un vrai trésor, une valeur sacrée !

Quand je parle de puissance, je parle en réalité de ce qui fait la condition de l’Homme. Qu’est-ce qu’être un Homme ? Être en vie ? Ca n’est pas seulement avoir un cœur qui bat et respirer, et consommer, et mourir un jour !

Être un Homme c’est vibrer, incarner ses rêves, contribuer au mieux être des siens, prendre soin de la planète, et en tout premier lieu s’aimer et se respecter, nourrir ses propres besoins !!!

Aimer son prochain comme soi-même…hein ? Ce n’est pas moi qui le dit !

Mais la plupart des gens ne savent même pas ce qu’est l’amour de soi. Ils culpabilisent au lieu de comprendre que leur premier devoir d’être humain c’est justement de s’aimer, de faire grandir l’amour et l’acceptation dans leur coeur. Le mouvement naturel de l’amour est le don : quand on s’aime et que l’on se reconnait sur sa valeur, qu’on nourrit ses besoins (physiques, relationnels…) on est heureux ! Et le mouvement de la joie c’est l’expansion et le partage !

Quand on a compris que l’on est exceptionnel, alors on se met à agir autrement et la question qui vient ensuite naturellement est : comment vais-je offrir au monde ma contribution exceptionnelle ?

Tout ce qui est dedans est dehors, en prenant soin de lui, en se libérant de ses peurs, l’Homme deviendra un meilleur occupant de la Terre. C’est ma conviction.

  1. Le développement personnel est à la mode, pourquoi selon toi ? Est-ce que tu penses que c’est une tendance de fond ? Comment distinguer le bon coach parmi ceux qui s’improvisent coach de vie à base de contenu « bullshit » inspiré de bouquins de la Silicon Valley et de la pensée orientale ?

Je ne sais pas : je ne peux parler que de moi.

Ce qui m’a fait venir au développement personnel et au métier de Coach c’était que je voulais sauver les autres, les rendre heureux. Au fond c’était moi qui avais besoin de soins et de considération. J’étais immature et je voulais que l’on s’occupe de moi. Donc j’offrais aux autres ce que j’aurais aimé recevoir !

Je pense que la principale qualité du bon Coach est sa foi : il doit être à l’écoute, bienveillant, intuitif, mais surtout, surtout il doit avoir une foi illimité dans son client ! Et moi, j’ai cette foi c’est certain. Je vois en l’autre la beauté extraordinaire qu’il a en lui, et que souvent, il n’a pas encore vu.

De toute façon, on trouve le Coach que l’on est venu chercher : on attire toujours à soi ses désirs profonds, conscients ou non.

Tant que je voulais qu’on s’occupe de moi je trouvais des thérapeutes moyens. Le jour où j’ai eu mon déclic, j’ai trouvé toutes les solutions.

  1. Quelles décisions as-tu prises qui ont eu le plus d’impact positif sur ta vie ?

Bien sûr faire des enfants, car ils sont la plus grande merveille de ma vie et font de moi une femme accomplie.

En second, je dirais en janvier 2016 : j’ai décidé d’aller bien. J’ai pris comme résolution de nouvel an d’être heureuse ! L’impact a été radical : je suis devenu créateur de ma vie et je sais aujourd’hui que tout est possible.

À cette époque j’ai eu une idée un peu folle : je me suis lancée un défi ! Comme je ne savais pas comment me rendre heureuse, je me suis essayée : j’ai fait pendant 30 jours une chose nouvelle (escalade, salsa, castagnettes, trampoline, golf, équitation…) et ça a fait décoller ma vie !

J’ai d’ailleurs écrit un livre sur cette expérience : « MON MOI(S) MAGIQUE : 30 jours de nouveautés pour sortir de sa zone de confort et aller là où la magie existe ».

  1. As-tu mis en place des habitudes qui t’aident au quotidien à atteindre tes objectifs ?

Oui bien sûr. Régulièrement je fais le point sur mes intentions, ce qui est important pour moi et que je souhaite obtenir ou devenir.

J’utilise beaucoup le champ mental (c’est une technique très efficace pour nettoyer ses pensées toxiques, que j’enseigne) pour avoir un bon moral et avancer dans mes projets.

Je fais un peu de yoga, de la marche, je vais en forêt, je prends des temps de méditation et de connexion à moi-même chaque matin.

J’adore écouter la musique à fond pour déployer ma créativité et booster mon énergie.

  1. J’ai l’impression que les gens ont peur du changement, de perdre leur confort de vie, de bousculer leurs habitudes. Toi, à quoi as-tu renoncé ?

Nous avons tous, absolument tous, moi compris, peur du changement.

Mais nous devons traverser cette peur pour évoluer : c’est là le défi de l’Homme ! Sans quoi nous terminerons nos jours aigris et frustrés, rongés par nos regrets.

Ce qui me sauve c’est que je suis une exploratrice, une aventurière dans l’âme : j’adore découvrir de nouveaux horizons. Alors il faut bien que je sorte de mon confort pour cela.

Pour ma part j’ai fait de nombreux sacrifies.

Sur le plan financier, j’ai refusé une porche comme voiture de fonction à mon patron qui voulait que je reste à mon poste de Directrice il y a 13 ans (lol), ou encore plus sérieusement une prime de 100 000 € à l’acquéreur de mon entreprise il y a 10 ans qui voulait que je reste à mon poste.

Sur le personnel, j’ai divorcé deux fois pour finalement comprendre que le problème était que je ne m’aimais pas moi.

  1. Est-ce qu’il y a des moments où tu es démotivée ? Que fais-tu pour repartir ?

Oh oui, il y a des moments où je suis démotivée, bien sûr ! Je raconte mes soucis à mon mari, que j’ai bien briefé pour qu’il m’écoute (sans rien me conseiller), je prends soin de moi (musique, massage, lecture, méditation), j’utilise mes techniques (EFT, champ mental, huiles essentielles, auto-massage…), je prends l’air et je bouge (je danse, je saute, de crie..), je regarde des films drôles. Toujours les 3 clés d’entrée pour changer d’état : corps, cœur, mental !

  1. Est-ce que tu penses vivre selon tes convictions ? Quelles sont tes convictions ? Comment se traduisent-elles dans ta vie quotidienne ?

Je crois profondément que chacun peut tout accomplir et que l’espoir est le maître-mot.

Je crois en la magie et la beauté de la vie, et que l’on peut toujours arranger les choses et les embellir.

Je crois qu’il est du devoir de chacun de se respecter et s’honorer, tout en étant bienveillant pour l’autre et la Terre.

En un mot, je crois que le devoir de l’Homme est de vibrer la Joie et de l’offrir au monde.

Mon but ultime dans la vie est vivre conformément avec les aspirations de mon âme : de me trouver et de m’incarner. Avoir le courage et l’audace d’être pleinement moi.

J’ai un rôle à jouer dans ce monde, selon mes aptitudes et mes talents, à moi de suivre le fil.

C’est un travail auquel je m’emploie chaque matin.


Laisser un commentaire